Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Noël des animaux

 

L'histoire se passe en Provence dans un petit village tout près de Carpentras il y a bien longtemps.....

Noëlien était ,comme on disait à l'époque « un simple d'esprit » oh pas méchant ni ténébreux. Un « gentil » un peu naïf qui vivait avec ses animaux auxquels il parlait chaque jour et qui d'après lui, lui répondaient .Il était resté dans la ferme de ses parents après leur disparition .C'était ,comme on disait, un vieux garçon qui allait sur ses vingt sept ans. .Il prenait soin de ses bêtes de ses terres et de ses vergers. Bref ,il vivait une vie simple au grand air. Ce qui lui convenait. Il n'avait jamais eu de fiancée mais depuis deux ans il aimait Magali, une « jeunesse » de dix sept ans qui vivait non loin de son petit mas, avec sa famille .Il en était tombée amoureux mais il n'avait jamais osé se déclarer.

La tradition voulait qu'à la foire de la Saint -Michel , on désignât le plus bel âne, le boeuf le plus fort , et cinq agnelets parmi les plus mignons . Ces animaux devaient animer la "crèche vivante de Noël du village".

La crèche était une très ancienne tradition dans ce village comme dans tous les villages de Provence et de France .

Elle  rassemblait des animaux vivants et des gens pour la plupart bergers  ou paysans. Elle s' installait dans les églises car à l'époque les gens étaient très croyants  et se rendaient souvent à l'église et la messe de minuit de Noel était le rendez- vous obligé et attendu  de toute la communauté villageoise .

AinsC'est pur cela que  tous les paysans participaient au concours car tous désiraient avoir  l'honneur d'avoir ses animaux dans la crèche. De plus , le gagnant recevait un tonneau de vin du Mont Ventoux et un grand colis de produits du terroir : miel, confiture, jambon, marron glacés , nougat...

Cette année là ce fut Noëlien notre « gentil » qui gagna : ses animaux étaient les plus vaillants bien nourris ,dociles et calmes .On lui demanda de prévoir quelques poules et canards pour reconstituer une petite ferme à coté de la crèche. Il prendrait son  chien un  Patou pour surveiller ses brebis.

L'automne passa comme un éclair, vint décembre.

Dans cette région de France on voit rarement la neige .C'est surtout le vent, le mistral qui souffle  et qui vous transperce et vous glace. Ce vent du Nord qui entête et qui peut rendre fou.

Vint la nuit de la nativité.

Noelien était heureux car outre le fait que ses animaux allaient être les vedettes cette nuit si particulière , lui, serait le berger de la crèche et Magali une jeune villageoise dont il était secrètement  amoureux ,  sa bergère  e. Il allait passer Noël avec tous ceux qu'il aimait .Il avait lavé ses bêtes et les avait brossées. Il leur avait parlé comme à des humains en leur expliquant qu'ils allaient passer la nuit dans l'église et qu'il fallait bien se tenir. De retour, il les récompenserait. L'âne avait approuvé d'un hochement de tête ,tout comme le boeuf. Les moutons avaient aussi acquiescé en bêlant. Patou avait aboyé trois fois, et les poulettes avaient caqueté.

Le chat Gritou ,et à la cane « Suzy, n'étaient pas invités.


Avant la tombée de la nuit ce 24 décembre, Noelien et ses animaux, partirent sur la route. Le jeune homme  portait un bel habit de berger .La cape rouge de velours prêtée par la couturière, lui allait à ravir, et les belles bottes de cuir que lui avait offertes le cordonnier le grandissaient et donnaient de l'élégance à sa silhouette. Bien coiffé et rasé, c'était un homme nouveau. La  petite ménagerie n'avait pas fait deux cents mètres, que Noelien vit que Gritou et Suzy les suivaient. Il essaya de les renvoyer. En vain !
- Je veux bien que vous nous accompagniez mais uniquement jusqu'à la porte de l'église . Je ne peux pas faire autrement que de vous laisser dehors. C'est l'usage. Pourquoi ? Des vilaines langues disent que les chats portent malheur et les canes mordent sans raison .Je sais bien moi ,que ce n'est pas vrai et que ce ne sont que de vilaines superstitions .Je ne crois pas d’ailleurs à toutes leurs histoires , celles que raconte le curé : les étoiles, la crèche, le petit Jésus ,mais je veux faire plaisir aux villageois qui nous ont récompensés , aux enfants qui vont chanter de si jolis cantiques et à Magali.

-Miaou ! Dit Gritou qui secouait la tête comme pour insister.
-Je sais ! Je sais que tu chantes très bien ! Mais ce soir tu devras te taire et nous attendre dehors .
Gritou baissa la tête et fit mine d'obéir.
-Coa ! Coa ! Lui répondit Suzy. Comme pour dire :
-Alors pourquoi ne nous emmènes- tu pas avec toi ?


-Tu   ne mordras ni  tu ne poursuivras personne dans le village, n'est ce pas ma belle ? Demanda Noelien, un peu inquiet.
-Coa Coa ! Lui répondit sa cane.

La petite procession arriva au village et fut accueillie par le prêtre qui installa Noelien et ses animaux dans la crèche près de l'autel .Gritou et Suzy étaient restés sur le parvis. Noelien fut invité à boire un verre de bon muscat avant le début de l’office. C’est ce moment là que Gritou et Suzy choisirent pour s'introduire dans l'église et se glisser  furtivement sous la paille près des moutons.

Quelques minutes après, la grande messe commençait.


Au début le prêtre récitait des passages de la bible, et l'assemblée ponctuait par les « Amen » auxquels répondirent aussitôt les bêtes de Noelien : le boeuf l’âne , les moutons le Padou et les poulettes de leur cris respectifs. L'assemblée se mit à rire sous cape. Et plus la messe avançait et plus les bêtes se manifestaient quand les gens chantaient . Le fou rire commença à gagner les enfants, les hommes, et les femmes...L’apothéose vint avec la chorale des petits lorsque ces derniers commencèrent à entonner, le cantique provençal « Prenez vos musettes gentils pastouriaux ».Alors le chat Gritou sensible à la musique sortit de dessous la paille et se mit à miauler. Suzy la cane, le suivit en cancanant et en nassillonnant. Surpris certains enfants s’arrêtèrent  de chanter et se mirent à rire alors que d'autres continuèrent de chanter .Gritou et Suzy accompagnèrent tous les cantiques qui résonnèrent en choeur dans l'église et dans tout le village. Noelien ému aux larmes serrait la petite main de Magali . Grands et petits stupéfaits et amusés , se turent un cours instant puis accompagnèrent Gritou et Suzy dans cette nuit magique . A la fin pour le cantique final, hommes, femmes, enfants, animaux s'unirent pour chanter en provençal une vieille chanson traditionnelle :

« Je veux aller à Bethléem, je veux marcher avec les bergers....« .
Le prêtre remercia tout le monde d'abord les bêtes et puis les humains parlant de message de Noël de paix, d'amour , de solidarité de respect, de tolérance et d'espérance .
Toute l'assistance quitta l'église, le sourire aux lèvres . Noelien sortit le dernier tenant la jolie Magali par la main accompagné de sa ménagerie .Un tonnerre d'applaudissements les attendaient sur le parvis. On vint le féliciter de ce très beau Noël, de ce Noël inoubliable. Le prêtre alla le remercier :
-Noelien ! tes animaux sont heureux avec toi car tu es bon. Tu répands la gaîté , le rire, la joie ce dont nous avons tant besoin, tous de nos jours .Merci d'avoir été avec nous avec tes animaux.. Oui l'église est aussi la maison des bêtes et de tous ceux qui ont un coeur pur comme toi !
Puis il s'adressa au chat et à la cane :
-Ca alors on m'avait dit que les chats n'étaient pas de bonne compagnie ! Quelle bêtise ! L'année prochaine je demanderai qu'un chat ou toi, vienne se joindre à la crèche.
Et il caressa Gritou, qui lui fit un ronron et lui lécha la main .Puis s'adressant à Suzy :
- Ma belle ! Quel tempérament et quel tempo ! Je promets de ne plus manger de cane ou d'oie ou de volailles de ta famille ! Vous avez votre place aussi à la crèche et dans le coeur de tous enfants et de tous les adultes.
Noelien fut invité à partager le repas du réveillon de Noël qui s'acheva avec les treize desserts ,coutume de Provence. 
.

 

Tag(s) : #Le Noel des animaux, #Conte de noel
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :