Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Histoire de la poésie deuxième partie

La poésie de la Renaissance au XVIIIé siècle

La renaissance

Au XV è siècle on favorisa la forme au détriment du fond. On joue plus avec les mots qu'avec les émotions. C'est la fête du langage, des mots pour les mots, on étudie de près les rimes dites « batelées » les hémistiches, les rejets, la rimes serpentines.

La chanson commençait à prendre une place avec « C'était Anne de Bretagne reine en sabot »

Avec la Renaissance, on va assister au « sacre des poètes », au renouveau du style poétique, aux messages poétiques , même à l’apparition de la » poésie engagée « avec Marot.
Progressivement la poésie renonce à ces excès formels. Elle retrouve les thèmes personnels : famille, amour, nature...

Le XVI siècle

Le XVI siècle est la grande époque de la chanson française : poésies chantées mises en musique. Le thème majeur était l'amour
« A la claire fontaine » ( écriture du poème au XVI siècle et au XVIII mis en musique et devient chanson)

Le furet des bois Mesdames. Sur le pont d'Avignon
Comment on sème l'avoine ? Savez- vous planter les choux ? Ne pleure pas Jeannette ! La Pernette se lève
La mort du prince d'Orange
Mignonne allons voir si la rose
Le beau Robert
La légende de Saint Nicolas
Compère Guilleri

Deux précurseurs de la pléiade


Clément Marot

bien qu'aimant vivre à la cour parmi les nobles dames

et les seigneurs c'est un poète révolté : il défie l'église en mangeant du lard au carême, et l'inquisition le jette en prison. Plus tard, il retournera en prison pour avoir aidé un prisonnier à s'évader.
Bien que protégé par François Ier et de sa soeur Marguerite de Valois il a du s'exiler en raison de ses sympathies pour la réforme et pour Luther

Son oeuvre très intéressante témoigne de la personnalité marginale de ce poète.
Marot a écrit des poèmes des pamphlets, des chansons des épigrammes qui connurent un succès considérable.

Poèmes et ballades nous ne livrons y ici que quelques uns de ses écrits:Du Partement d'Anne, A Etienne du Temple, A madame de Ferrare (qui l'hébergea lors de son exil en Italie),A un créancier, A un bon ami, Adieu aux dame de la cour ,Sonnet de la différence du Roi et de l'Empereur... Au roi de Navarre, De l'amoureux ardent...

Retrouvez sur la toile toutes les oeuvres de Marot. Extrait d'un épigramme dédiée à « Louize Labé »
« Louize est tant gracieuse et tant belle
Louize a tout est tant bien avenante

Louize ha l'oeil si vive estincelle
Louize ha face au corps tant convenante De si beau port si belle et si luisante.... »

Louise Labé


Poétesse français surnommée « La belle cordière »,
cordier) à Lyon . Marié en seconde noce avec la veuve d'un riche cordier dit « Labé « le nouveau mari va garder ce nom pour pérenniser son 'entreprise. D’où le nom de Labé pour sa fille Louize. En 1555 elle publie les Elégies : je vis et je meurs je me brûle et me noie, j'ai chaud extrême en endurant froidure, la vie m'est trop molle ou trop dure j'ai grands ennuis entremêles de joie
Tout a coup je ris et je larmoie et en plaisir grief tourment j'endure mon bien s'en va et à jamais ne dure tout en un coup je sèche et je verdoie.
Ainsi l'amour incostamment me mène, Et quand je pense avoir plus de douleur, sans y penser je me trouve hors de peine.

(son père était

Les auteurs de la pléiade

« Toute une pléiade de poètes va illustrer cette époque . Chacun apportera sa pierre personnelle à l'édifice du temple de la poésie »

Joachim du Bellay

Heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage Ou comme cestuy -là qui conquit la toison

Et puis est retourné plein d 'usage et raison Vivre entre ses parents, le reste de son age...

Pierre de Ronsard

Mignonne allons voir si la rose qui ce matin avait déclore Sa robe de pourpre au soleil N'a point perdu cette vesprée Les plis de sa robe pourprée...

Jean Antoine de Baïf, Pontus de Tyard, Etienne Jodelle

Ces poètes décident d’écrire en langue française et veulent rompre avec la poésie médiévale. Cependant ils constatent que la langue française est pauvre comparée au latin ou l l'italien renaissant. Alors ils vont l'enrichir par la création de mots de néologisme issus du latin du grec et des langues régionales. Ils imposent l'alexandrin l'ode et le sonnet et impose les quatre thèmes :

l'amour d’une femme, la mort, la fuite du temps et la nature;Ils s'essaient au théâtre également.
La pléiade joue un rôle majeur dans la renaissance littéraire et fait de la France un grand pays d'art et de culture en posant les fondements de ce qui va devenir le français moderne.

Montaigne :

il a influencé l'érudition humaniste,, le courant libertin et celui des sciences (Descartes ,Pascal ..)
La Boétie
: Montaigne rencontre la Boétie il a 25 ans, La Boétie 28 ans.. C'est un juriste érudit et connu c'est un humaniste qui a écrit des poésies latines et des traités politiques et « le discours de la servitude volontaire ».Leur amitié est devenue légendaire « parce que

c'était lui, parce que c'était moi » ».. C'est un assez grand miracle que de se doubler »

Le début du XVII éme siècle

Le temps des poètes

Dans les cours ,les académies, les institutions littéraires, on assiste à une étonnante floraison d'oeuvres. Venues des élites intellectuelles, les nouveaux poètes sont des hommes cultivés souvent fortunés.

Ainsi Honoré d'Urfé (dont on connaît le château de la Bâtie d'Urfé dans la plaine de la Loire non loin de Feurs et Montbrison ) est issu d’une famille aristocratique du Forez apparenté par sa mère à la Maison de Savoie.

Auteur de poème pastoral » les épîtres morales ».
Il fonde avec ses amis Antoine Favre François de Sales et Vaugelas bvarron de Pérouges l'académie florimontane première société savante du duché de Savoie
Honoré d'Urfé est surtout connu pour son roman l'Astrée roman d'amour autobiographique . Ce roman inachevé est construit en quatre parties et d'inscrit dans la traditon des romans héllénistiques de Virgile et le spoètes courtois. C’est un succès considérable en son siècle. Les épisodes de ce roman ont été inspirés des quelques années que le poète a passées en région forézienne dans le château de la bâtie devenu le premier château renaissance grâce à son grand père Claude.
Honoré D'Urfé a laissé aussi :
-un recueil de poème : la Savoysiade une pastorale en cinq actes.
-La Sireine
-des cantiques de Salomon
-La triomphale entrée d e Magdeleine de la Rochefoucauld
-la Sylvanire ou la mort vive.

François de Malherbes : d'origine plus modeste verra en la poésie un moyen pour se hisser à la cour et devient le poète officiel.
Il défend une poésie « simplifier » dépouillée accessible. Son influence

sur la poésie française fut considérable bien qu'il n'ait pas écrit d'oeuvre, une doctrine fut tirée de ses oeuvres, annotations, remarques orales. Ce sont ses disciples qui louant l'harmonie classique préconisé par Malherbes mettront sur pied la poésie classique qui régnera pendant plus d'un siècle.

Son rôle de poète officiel consistait à célébrer les grands événements et la gloire du souverain.
Deux poésies rivalisent à cette époque :
-la traditionnelle versée dans l'imaginaire

-la moderne versée dans le réalisme.
La poésie mondaine et aristocratique de ce siècle accorde aux femmes, dans les cour,s un rôle de premier rang.

 

Milieu du XVII à la cour du Roi soleil

Au siècle de Louis XIV « la comédie « supplantera la poésie et sera le genre littéraire dominant.

Les grands auteurs de ce siècle sont évoqués dans cette phrase que l'on a tous appris à l'école :
« La Racine de la Bruyère Boileau de la Fontaine Molière ».
La poésie va être un temps oubliée et s'efface devant :

-les comédies de Molière
-les fables de La Fontaine
-le théâtre classique de Racine et Corneille
-les contes de Perrault
- les pièces littéraires de La Bruyère : « Les Caractères ou les Moeurs de ce siècle « Il met en avant un phrasé rythmé. Ce style incite à la lecture à voix haute.

Seul Boileau va s’intéresser à la poésie. Il écrit les satires d'Horace puis en 1666 sept satires qui rencontrent un succès considérable. Il écrit les Epîtres, l'Art poétique, le Lutrin, Correspondances Oeuvres de Boileau, les lettres à Charles Perrault

De la fin du XVII à la Révolution Française

Tout au cours du XVIII è siècle la cour du Roi cesse d'être un lieu de rayonnement littéraire comme du temps du Roi Soleil ou du roi François Ier.
La source des pensées se trouve dans les salons et dans les clubs et les cafés. Les femmes cultivées réunissent autour d'elle les grands esprits de l'époque.

C'est le temps des lumières, de l'encyclopédie et la mode est à l'orient. Tous les genres littéraires sont concernés et Molière avec le ballet turc du bourgeois gentilhomme, est le précurseur et annonce le roman au théâtre, Arlequin , Mahomet, Le Sultan, les contes tartares de Voltaire et les lettres persanes de Montesquieu.

Au cours de ce siècle le XVIII c'est le grand désert poétique !
A part
André Chénier il est à noter un vide de poésies.


André Chenier : poésies antiques, élégies personnelles, poèmes philosophiques, et politiques. Il sera guillotiné pendant la révolution.

Dans notre prochain article le troisième, nous aborderons : « Le siècle des poètes avec le XIXè siècle «

Du romantisme au réalisme et au symbolisme. 

Tag(s) : #la poésie de la renaissance, #Histoire des Litteratures
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :