Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les étrennes du 1er janvier

La fête du « Père janvier »

1) origine des étrennes

Le mot étrennes pourrait provenir du nom de la déesse romaine de la santé Strena, qui était célébrée le premier janvier. Simple don de plantes porte-bonheur à l'origine, elles se sont rapidement développées sous l'Empire romain : elles étaient constituées de don de nourriture, puis de vêtements, argent, objets précieux, meuble...

D'origine païenne, les étrennes ont été condamnées comme pratique « diabolique » par les Pères de l'Église, dont saint Augustin.

Dans la Rome antique : on s'échangeait des pièces et des médailles à l'occasion du changement d'année. Cette tradition perdure dans les étrennes qui sont remises aux enfants le jour de la Nouvelle annéedans certaines familles .

En France, il faut attendre Charles IX pour que le premier jour de l'année, le Nouvel An, soit fixé au 1 janvier.

Au XIXème siècle des poètes parlent de ce matin d'étrennes chez les enfants 

Le matin des étrennes

 

 

Ah ! Quel beau matin, que ce matin des étrennes !
Chacun, pendant la nuit, avait rêvé des siennes.
Dans quelque songe étrange où l'on voyais joujoux,
Bonbons habillés d'or, étincelant bijoux 
Tourbillonner, danser une danse sonore,
Puis fuir sous les rideaux, puis reparaître encore.

On s'éveillait matin, on se levait joyeux
La lèvre affriandée, en se frottant les yeux... 
On allait, les cheveux emmêlés sur la tête
Les yeux tout rayonnants, comme aux grands jours de fête
Et les petits pieds nus effleurant le plancher,
Au portes des parents, tout doucement toucher...
On entrait !... Puis, alors, les souhaits ... en chemise,
Les baisers répétés, et la gaieté permise

Arthur Rimbaud

 

2) A qui donner des étrennes ?

Les concierges 

Pendant longtemps tout le XIX ème siècle et le Xxème siècle ,il était de tradition de donner des étrennes aux concierges des immeubles, aux gardiens, aux jardiniers du parc sous forme d'argent de monnaie .Aujourd'hui encore des personnes âgées donnent dans une enveloppe des billets, la veille du 1er janvier ou le 2 janvier à leur aide ménagère .Pour leurs infirmières, ou livreuses de repas ou assistante sociale le petit cadeau prend l'aspect d'une boite de chocolats ou d'une petite plante

Aujourd'hui rare sont les locataires qui verse des étrennes à leur concierge.Iln'y a pas de règle concernant le montant des dons", un concierge peut toucher de 400 euros dans les quartiers défavorisés à deux voire trois mois de salaire supplémentaires à Neuilly ou dans le 16e arrondissement de Paris. Petit cadeau ou enveloppe d'espèces, c'est un geste de reconnaissance,de sympathie qui permet d'avoir de bonnes relations de voisinage.

Entre 5 et 8 euros à votre facteur

Chaque année, il achète des calendriers au prix de 2 euros et vient sonner à votre porte le soir pour vous les proposer. En moyenne, il reçoit 5 euros par foyer. Certains donnent moins car ils pensent n'acheter que le calendrier, mais il s'agit bel et bien d'étrennes.

Les pompiers

De 5 à 10 euros voir 20 euros : les soldats du feu sont très appréciés et bien accueillis dans les foyers et leurs calendriers sont toujours achetés.

Les éboueurs

Leur calendrier ne trouve pas toujours preneur et leur quête devient difficile .Bien que leur travail soit difficile et ingrat, ils n'auront pas toujours un bon accueil.

IL est vrai qu'après avoir donné au concierge, au facteur et aux pompiers, il est très difficile de donner plus .On donne à des gens qui vous ont rendu des services à vous ou à des proches:l' infirmière le concierge, le facteur parfois les pompiers .On fait des étrennes qui « ont du sens » : on sait à qui et pour quoi on donne.

3) le distributeur d'étrennes : le père Janvier, 

Bien avant le père Noel,le père janvier existait et c'était lui qui distribuait les cadeaux aux enfants dans le Morvan en Bourgogne.Il y avait aussi Saint- Nicolas avec lui et le père fouettard.

Il n'y a pas comme pour le père Noel, de représentation graphique du père Janvier

Le pere noël à la fin du XIX lui a volé la vedette ! Dans le livre Folklore du Nivernais et du Morvan, Jean Drouillet raconte que « le 31 décembre au soir, les enfants mettaient leurs souliers ou sabots aux pieds de la cheminée », attendant la venue du Père Janvier qui avait les mêmes attributions que le Père Noël : distribuer des cadeaux en passant par la cheminée. Le lendemain au réveil ils trouvaient alors des « soldats en sucre, chats, lapins, petits Jésus bleus ou blancs soit dans des collerettes de papier découpé soit dans des boites en carton », tout ce que l'étalage de l'épicière du bourg pouvait présenter, ainsi que l'a noté Jules Renard. 

Puis commençait la tournée des voeux. Les enfants, par petits groupes, se rendaient chez les parents et les voisins pour souhaiter « bonne année, bonne santé et le paradis à la fin de vos jours ». Toujours selon Jean Drouillet, « rendant visite aux gens aisés, « gazous et gazilles » glanaient sous, dragées ou fruits, surtout les garçons s'ils étaient matinaux, puisque ce jour de l'An, il fallait que le premier bonjour soit donné par une personne de sexe masculin pour porter bonheur.Certaines

Au cours de la  première guerre mondiale des cartes du père Janvier furent éditées et adressées aux poilus pour faire supporter leur enfer. Jusque dans les années 30, on évoquera chez les catholiques "le petit Jésus "qui apporte les cadeaux aux enfants sages et chez les non croyants, "le père Janvier "qui dépose des étrennes dans les souliers des enfants, des étrennes et des vêtements neufs.

Jusque dans les années 70 il était de tradition de laisser des souliers près des cheminées des poêles, des fourneaux la veille du 31 décembre, mais aussi le 1er janvier et de retrouver au matin des pièces d'argent dans ses chaussures : c'était les étrennes du père Janvier 

Dans bien des familles athées libres penseurs (avant que le père Noël laïc prenne la vedette) on ne fêtait pas Noël religieux .Les parents mettaient des étrennes dans les souliers de leurs enfants le premier janvier : c'est pour cela qu'on parlait du père Janvier !

4) Des traditions qui perdurent ou qui s'étiolent  au fil du temps 

Certaines  traditions perdurent comme les dictons : on dit que la première personne que l'on voit le 1er janvier au matin te portera chance si c'est un homme, bonheur familial si c'est femme , naissance si c'est un enfant ; nouvelles si c'est un chien , voyage si c'est un oiseau, secret si c'est un chat, argent si c'est un cheval.

Certaines traditions tendent  à disparaitre : le bon père Janvier et le père fouettard  ne sont plus de mode  .Pour autant les étrennes, elles, sont toujours d'actualité !

En Espagne il a été toujours de tradition (comme en Russie) que les rois mages (dont nous parlerons dans un prochain article) apportent les cadeaux aux enfants.Or cette année beaucoup de jeunes parents ont fait croire que « el papa Noel » avia pasado » (que le père Noël était passé !)

Est ce pour autant que les rois mages ne seront plus considérés comme les magiciens porteurs de cadeaux  pour les enfants et les adultes ?démodés ?dépassés ,Melchior Baltazar et Gaspar ?Je ne le crois pas ! Simplement un autre personnage nous dirons « européen « connu en France enAngleterre en Allemagne est venu visiter l' Espagne et le cœur des petits espagnols ! C'est pour cela que les petits espagnols seront récompensés doublement : par le papa Noel et par les rois mages .

Tag(s) : #les étrennes du 1er janvier, #histoire des mentalités
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :