Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le col d'Allos est un col de montagne des Alpes du Sud, situé dans le département français des Alpes-de-Haute-Provence en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Reliant la vallée de l'Ubaye, au nord, à celle du Verdon, au sud, le col culmine à 2 240 mètres d'altitude, à la limite des communes d'Allos et d'Uvernet-Fours. Il est situé entre les massifs du Pelat et des Trois-Évêchés, à proximité de la source du Verdon.

La route taillée en corniches qui mène jusqu'au village 'Allos est sinueuse et peut donner le vertige et la nausée tant le dénivelé est impressionnant. L 'étroitesse de la chaussée oblige les véhicules qui se croisent à s’arrêter ou à reculer.

Dans ce parc régional du Mercantour, le lac d’Allos, bordé par des forêts de mélèzes (issus essentiellement de reboisements de l'Office National des Forêts datant de la fin du XIXème siècle), fait miroiter le mont Pelat (3050m).

La faune sauvage est bien représentée : quelques centaines de chamois et de mouflons occupent cet espace, on y dénombre également des bouquetins, des aigles royaux, des tétras-lyres, des lagopèdes...

Un lac porte le nom de l'aigle : le trou de l'aigle.

Cet animal majestueux fait  depuis toujours parti du paysage et hante les légendes locales.

Les troupeaux de moutons  montent  dans le alpages à la transhumance  en juin , y paissent tout  l'été  et retournent dans la vallée à l'automne. 

La flore, riche et diversifiée, compte des espèces prestigieuses comme l’édelweiss, les androsaces ou la bérardie laineuse.

Voici une des légendes
 

C'était le printemps, un printemps encore frais avec un ciel cisellé de bleu et de blanc. La floraison à cette altitude ne s'était pas encore épanouie. Le troupeau irait paitre comme chaque année dans les alpages à l'heure de la transhumance.

Dans la bergerie de petits  agneaux avaient vu le jour. Pierrot le pâtre en était tout fier . C'est lui qui prendrait soin d'eux l'été venu..Il  s'était attaché à l'un d'entre eux ,un petit agnelet, chétif qu 'il nomma "Bouclu". Sa mère ne s'occupait pas vraiment de lui, alors Pierrot prit le relais.

Quelques jours passèrent.Il faisait beau et chaud. Le lac n'était pas très éloigné du hameau des paysans . Pierre y allait souvent pêcher. Ce matin là il demanda la permission de sortir les deux petits agnelets pour leur faire prendre l'air.

-Ce ne sont pas des chiens ! L'avait prévenu son père .

-Je sais ! Je n'irai pas loin : jusqu'au lac .Il faut bien que les petits s'entrainent à marcher .Dans quelques semaines ils devront parcourir plusieurs kilomètres en montée pour rejoindre le refuge des sapins.

Le père finit par accepter le chien berger : Caillou serait de la promenade. L'enfant mit un collet à ses agneaux et les voilà partis avec leur garde du corps.

Pierre arriva au lieu dit

. Il lâcha les agnelets dans la prairie du lac. .Le paysage était magnifique Les agneaux se dégourdirent les gambelettes sous l'oeil protecteur de Caillou.

C'est alors qu'apparut dans le ciel un aigle royal immense, beau. L'enfant eut très peur.Le chien aboya quand l'aigle s'approcha du petit groupe. Il tournoya autour d'eux. Pierre cacha les agnelets sous un rocher tandis que le chien bravait le grand rapace. Se dernier glatit , se posa au dessus du rocher et observa l'enfant et les trois animaux. 

-Bel aigle royal , ne fais pas de mal à mes agneaux ni à mon chien. Je t'en supplie.Vois je te donne mon gouter.

Et Pierre déposa près de l 'aigle sa tranche de pain recouverte de fromage.

L'aigle écouta l'enfant ,prit le pain dans son bec ,tourna trois fois autour du petit groupe, puis s'envola. .

Pierre ne raconta pas cette aventure à son père car il se serait fait gronder.

Il demanda simplement :

-Les aigles royaux peuvent -ils être gentils ?

-Quelle drôle de question ? Ce sont des oiseaux sauvages, des carnivores .Ils s'attaquent aux betes. En as-tu vu un ?

-Non ! C'est juste que j'avais entendu une histoire sur eux...

L'été tant attendu arriva enfin.

Pierre monta avec le troupeau dans les alpages non loin du lac d'Allos.

Tout se passa bien. L'aigle royal venait parfois rendre visite à l'enfant qui lui donnait du maïs, des pommes, du pain .Caillou le chien aboyait chaque fois qu 'il s'approchait un peu trop du troupeau. Un jour il y eut un terrible orage. La foudre tomba sur les sapins et sur le lac. Des refuges furent foudroyés. C'était une nuit attroce. Le troupeau effrayé voulut échapper à la tempète en brisa la porte de l'enclos et s'enfuit .Il se dispersa sous la pluie et les éclairs.Pierre n'eut pas d'autre choix que d'attendre que l'orage se calme et que le jour se lève pour retrouver son troupeau. Ce qu'il fit avec l'aide de Caillou .Au bout d”une heure il avait rassemblé le troupeau et l'avait ramené dans l'enclos .Il manquait trois  moutons à l'appel : une brebis et deux agnelets dont Bouclu.

L'enfant partit à leur recherche. Il demanda à Caillou de rester auprés du troupeau afin de le surveiller.Pierre grimpa tout en haut appelant ses moutons.Il arriva à une corniche et se pencha. Dans le vide Il vit au fond du ravin le corps de la brebis écrasée ainsi que le corps de son  agnelet tombé également de la falaise dans leur course folle.

Il fallait qu'il retrouver le dernier fuyard : son petit agnelet : Bouclu .Il reprit la montée et arriva au col d'Allos.

Là, stupeur : sur une paroi raide le petit mouton coincé ne pouvait ni monter ni descendre et glissait dangereusement sur la roche mouillée . En bas c'était le vide, le torrent coulait à plus de 200 mètres de dénivelé. La mort assurée pour la bête . Pierre ne pouvait rejoindre Bouclu. Que pouvait -il lui conseiller ? Rien ! Elle s'était mise dans un posture impossible . L'agnelet continuait à glisser . Pierre se mit à pleurer.

C'est alors que l'aigle apparut , grandiose, il vola au-desuss de l'agneau l'attrapa avec ses serres et le transporta  et le déposa sur le sentier, près de l'enfant. 

-Merci mon aigle ! Merci. 

-Je n'ai rien à te donner ! Reviens tout à l'heure je te donnererai de bonnes choses !

L'oiseau sembla comprendre.

Dans la soirée, l'aigle s'approcha du refuge et Pierre qui lui donna de quoi se régaler.

Tout l'été l'enfant et le rapace majesteux se cotoyèrent. A l'automne l'aigle s'en alla.

On dit que chaque été on entend l'aigle glatir près du col d'Allos , là où il avait sauvé le petit mouton perdu et un échos lui répondrait : ce serait la voix de Pierre .


 

Tag(s) : #l'aigle du col d'Allos, #conte
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :