Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'Antarctique autre domaine secret

le passé oublié

 

1) Localisation géographique et climats successifs

L’Antarctique est maintenant un désert gelé mais ce n’était pas toujours comme ça. Il a atteint sa position actuelle grâce à la tectonique des plaques, en se rapprochant du pôle Sud géographique année après année.

Il y a des millions d’années, le climat de l’Antarctique était beaucoup plus chaud parce que sa position était plus proche de l’équateur. C’est un fait établi soutenu par plusieurs scientifiques du British Antarctic Survey (BAS) qui ont révélé que le climat antarctique était très différent dans le passé lointain.

 Ces données ont été recueillies à l’aide de satellites mais également d’analyses effectuées depuis la Terre.

Par ailleurs, différentes techniques radars, électromagnétiques et acoustiques ont été utilisées afin de rendre compte des structures sommeillant sous l’épaisse couche de glace. Les résultats de cette analyse, parus dans la revue The Cryosphere, mettent en évidence de manière très détaillée et surprenant la topographie de l’Antarctique privé de sa glace.

« Ces nouvelles données sont particulièrement importantes pour les scientifiques car elles offrent une vision tout à fait unique du pôle sud et de sa calotte glaciaire. "Autrefois, nous avions une vue régionale de la topographie. Or, cette nouvelle carte - et sa résolution beaucoup plus élevée - nous permet de voir le sol en tant que tel, soit un panorama complexe composé de montagnes, de collines et de plaines onduleuses découpées de vallées et de gorges profondes", explique dans un communiqué Peter Fretwell, chercheur à la British Antarctic Survey. »

Retournez il y a 100 millions d’années », a déclaré Vanessa Bowman, de BAS, « et l’Antarctique était couverte de forêts tropicales luxuriantes semblables à celles qui existent aujourd’hui en Nouvelle-Zélande ».

2 ) Des monuments spectaculaires dans l'Antarctique ?

 

Trois anciennes pyramides ont été découvertes dans l’Antarctique par une équipe de scientifiques américains et européens. Deux des pyramides ont été découvertes à environ 20 kilomètres de la côte, tandis que la troisième était très proche de cette dernière.

Les premiers rapports des pyramides sont apparus dans la presse occidentale l’an dernier. Quelques photos ont été affichées sur certains sites internet avec un commentaire que les structures étranges pourraient servir de preuves, que le continent de glace a déjà du être suffisamment chaud pour avoir hébergé une ancienne civilisation.

L’image aérienne prise au pôle Sud semble en présenter deux ou peut-être trois alignées de la même façon que sur le plateau de Gizeh.

Jusqu’à présent, on en sait peu sur les pyramides et l’équipe continue à rester discrète quant à cette découverte. La seule information fiable fournie par les scientifiques était qu’ils prévoyaient une expédition à l’intérieur d’elles, afin de poursuivre l’enquête et de déterminer avec certitude si les structures étaient artificielles ou naturelles. Aucun détail sur les expéditions n’a été fourni.

Même avec la technologie d’aujourd’hui, les structures de construction aussi massives que les pyramides de l’Antarctique seraient presque impossibles. Il y a tout simplement trop de problèmes liés à la main-d’œuvre et à la logistique requise pour un tel projet. Si la construction de ces monuments mystérieux devait être une entreprise viable, elle devait avoir lieu dans le passé, alors que l’Antarctique était un lieu propice à la vie humaine.

Si les chercheurs peuvent prouver que les pyramides sont des structures artificielles, la découverte obligerait à ce qu’il y ait une révision complète de l’histoire de l’humanité comme jamais auparavant.

Une potentielle civilisation dont l’histoire ne tient pas compte

Est-il possible que l’Antarctique était autrefois assez chaud, pour qu’une ancienne civilisation puisse y vivre ? Ce qui est encore plus surprenant, c’est la question de savoir si une culture avancée s’y est développée, et si certaines de ses structures sont encore enfouies sous la glace?

Graham Hancock a trouvé des indices qui mènent à une idée précise. Selon Hancock, les pyramides ont été construites dans toutes les cultures du monde et certains de ces monuments possèdent plus ou moins des configurations astronomiques évidentes.

D’anciens témoignages provenant de nombreuses sources – le Grand Sphinx d’Égypte, les temples mystérieux de Teotihuacán, les lignes géants de Nazca au Pérou, les pyramides massives du Soleil et de la Lune au Mexique – et ils les ont comparé avec les mythes et les légendes universelles. En étudiant des cartes datant de l’Antiquité, le savant suggère l’existence d’un peuple doté d’une intelligence supérieure, de technologies sophistiquées et d’une connaissance scientifique détaillée, dont les empreintes», cependant, ont été complètement annihilées par un désastre aux proportions astronomiques.

 Ce continent ne fut habitable que dans un passé très lointain.

L’archéologue principal, Ashoka Tripathi, du Département d’archéologie de l’Université de Calcutta estime que les images montrent clairement une ancienne colonie humaine sous la couche de glace« Ce sont clairement des caractéristiques d’une sorte de structure humaine, ressemblant à une sorte de structure pyramidale. Les motifs ne montrent clairement rien que nous devrions attendre des formations géomorphologiques naturelles trouvées dans la nature. Nous avons clairement ici des preuves de l’ingénierie humaine. Le seul problème, c’est que ces photographies ont été prises en Antarctique sous 2 kilomètres de glace. C’est clairement la partie incroyable, nous n’avons aucune explication à ce sujet pour le moment « , admet-il.

« Ces images reflètent juste une petite partie de la masse terrestre totale de l’Antarctique. Il existe peut-être d’autres sites supplémentaires qui sont couverts de glace. Cela nous montre simplement combien il est facile de sous-estimer à la fois la taille et l’ampleur des établissements humains passés « , a déclaré le Dr Tripathi.

Sous 4000 mètres de glace, le continent inconnu !

 

3- d'autres découvertes très interessantes

Pendant ce temps, une série de découvertes étranges mais intéressantes ont récemment été réalisées en Antarctique. En 2009, des climatologues ont découvert des particules de pollen, ce qui pourrait éventuellement signifier que des palmiers ont autrefois agrémentés le paysage de l’Antarctique, et que les températures estivales atteignaient les 21 degrés Celsius.

Trois ans plus tard, en 2012, les scientifiques du Desert Research Institute dans le Nevada ont identifié 32 espèces de bactéries vivantes dans des échantillons d’eau d’un lac situé à l’est de l’Antarctique.

Une autre expédition menée par la NASA et impliquant 11 autres organisations scientifiques – a découvert des formes de vie microbiennes hors lieu dans les profondeurs du lac Vida de l’Antarctique, piégés sous une croute  de glace de 65 pieds d’épaisseur. Les colonies microbiennes ont été prospères isolément depuis des millions d’années et les scientifiques croient qu’ils sont les descendants de micro organismes qui vivaient dans un climat beaucoup plus chaud

 

  1. Le vrai paysage de l'Antarctique libéré des glaces
  2.  

Des montagnes, une plaine, des volcans, une multitude de lacs sous une couche de 4 kilomètres de glace !

A) Les volcans

Preuve d'une source de chaleur volcanique active sous le glacier Pine Island", prouve que le glacier Pine Island de l'Antarctique occidental est en train de fondre et de se retirer à cause de la chaleur géothermique d'un volcan sous-glaciaire actuellement actif, et non d'un réchauffement climatique dû à l'homme. . 

"Notre découverte d'une source de chaleur substantielle sous un glacier majeur de l'Inlandsis Ouest-Antarctique souligne le besoin de comprendre le volcanisme sous-glaciaire, son interaction avec les marges marines et son rôle potentiel dans la stabilité future de l'Inlandsis Ouest-Antarctique", écrivent les chercheurs dans l'article de Nature Communications

Ils notent également que l'activité volcanique pourrait accroître le rythme d'effondrement du glacier Thwaites, qui est adjacent au glacier Pine Island. 
une troisième étude, intitulée "Une nouvelle étude suggère un tour surprenant dans l'histoire de la calotte glaciaire de l'Antarctique occidentalprouve que l'Inlandsis Ouest-Antarctique a fondu et s'est retiré de manière significative il y a 10 000 ans, puis s'est rapidement rétablie dans toute son étendue.

Un volcan se réveille et fait fondre la glace

La dernière trace d’activité remonte à 2 200 ans

Alors qu’ils traçaient des gaz rares dans les eaux de l’Antarctique, des chercheurs tentaient de comprendre le rôle de l’océan dans le phénomène de fonte des glaces qui frappe l’ouest du continent. C’est avec surprise qu’ils sont tombés sur d’importantes quantités d’hélium 3 non loin du glacier de l’île du Pin. Et ce gaz est un sérieux indicateur de volcanisme

Les mesures réalisées révèlent qu’une source de chaleur volcanique pourrait être active dans cette zone. L’activité y est 25 fois plus importante que ce que l’on attend généralement d’un volcan éteint.

Cette source de chaleur pourrait-elle expliquer la fonte rapide des glaces se trouvant sur cette partie du plateau ? 

B) le chant de la glace

Des scientifiques américains ont enregistré, pour la première fois, une mélodie étrange s’échappant de la glace en Antarctique. Ce son presque inaudible pour l’oreille humaine, provient de la barrière de Ross, une région située à l’ouest de l’Antarctique.Dans les immensités blanches et glacées de l’Antarctique, c’est une découverte inattendue qui attendait des sismologues américains : en étudiant les données recueillies par un réseau de 34 sismomètres, ils ont entendu « chanter » la glace.

Ces sonorités étranges, jusqu’ici inaudibles à l’oreille humaine, ont été enregistrées à l’occasion d’une mission scientifique sur la barrière de Ross, dans l’océan Austral. Les scientifiques avaient enfoui en 2014 des moniteurs sismiques, à deux mètres de profondeur sous la glace, afin d’étudier l’impact de l’air chaud et de l’eau de mer sur la fonte des glaces, qui laisse présager une menaçante élévation du niveau de la mer.

Les vibrations, dont émane ce bruit, sont créées par des vents violents, soufflant dans les dunes de la barrière de Ross, ce qui ferait vibrer la glace, écrivent les scientifiques. Pour qu’il soit audible, Julien Chapuit, géophysicien à l’université du Colorado (États-Unis), a modifié la fréquence 

C) une myriade de lacs géants et petits

Sous ses kilomètres de glace, la calotte polaire dissimule un véritable réseau de lacs, certains aussi vastes qu'immémoriaux ! Au point d'abriter d'inédites formes de vie ? Pour le savoir, des projets tentent de briser la glace. Un exploit.

Des centaines de lacs dont personne n'a jamais vu miroiter les eaux. Dans lesquels personne ne plongera jamais un orteil. Et dont certains rivalisent pourtant, par leurs dimensions (plusieurs centaines de kilomètres de longueur), avec les plus grands du monde. Voilà le dernier secret que recèlerait l'Antarctique.

Ci dessus le lac Vostok découvert par les Russes sous une épaisse couche de glace .

 

Malgré le froid extrême qui y règne, il cacherait de mystérieuses étendues d'eau liquide dont tout indique qu'elles existent, mais qui échappent encore à l'homme. Et pour cause ! Enfouis dans les creux du socle rocheux de l'Antarctique, ces lacs sont recouverts par des kilomètres de glace qui forment un obstacle infranchissable entre eux et nous. Jusqu'ici en tout cas... Car, chacun de leur côté, des scientifiques russes, américains et anglais sont sur le point de transpercer cette barrière glacée afin d'atteindre trois de ces intouchables lacs sous-glaciaires. S'ils y parviennent, ils poseront un jalon historique dans une aventure scientifique entamée il y a déjà plus de quarante ans, l'existence de ces lacs dissimulés sous la glace ayant été suggérée pour la première fois à la fin des années 1960. A l'époque, beaucoup de zones d'ombre 

D) un relief accidenté

Des montagnes et des vallées accidentées qui, invisibles à l'œil nu, forment la base rocheuse du continent antarctique. Mais, à leur grande surprise, les sonars enregistrèrent aussi d'étranges échos en profondeur. Plus puissants que ceux qui caractérisent normalement la transition entre la glace et la roche, ils dévoilaient une interface plane, étendue parfois sur des dizaines de kilomètres.
La force du signal ne laissait guère planer le doute : elle révélait la présence d'eau liquide juste sous la glace ! Avec un signe particulier : ces surfaces n'étaient pas exactement horizontales. En effet, elles présentaient toutes une pente, d'une direction systématiquement opposée à celle de la surface de la calotte glaciaire ! De l'eau en pente ? Logique, répondent les spécialistes. Car la glace repose directement sur l'eau et épouse sa surface ; plus son épaisseur est importante, plus elle va donc peser dessus et la comprimer. La surface des lacs sous-glaciaires est donc pentue, avec une différence qui peut atteindre jusqu'à 400 mètres d'altitude pour un lac de 250 kilomètres de longueur !

PLUS DE 400 LACS DÉJÀ IDENTIFIÉS

Les russes ont réussi à atteindre des lacs antarctiques 

Et avec l'entrée en jeu des satellites, en particulier d'ICESat, qui permettent une observation plus systématique (par altimétrie laser), le nombre de lacs va même exploser. Le dernier décompte en date, réalisé en 2009 par Benjamin Smith, de l'université de Washington (États-Unis), en liste ainsi plus de 400 ! "Et encore, nous n'avons pas fini l'inventaire, estime ce découvreur de lacs. Car si on a probablement mis le doigt sur les plus grands lacs sous-glaciaires - ceux dont la longueur dépasse 10 kilomètres -, il existe sûrement beaucoup d'autres petits lacs que nous n'avons pas identifiés". Leur profondeur ? Elle varie, d'après les mesures sismiques, de quelques mètres à quelques centaines de mètres.
Le foisonnement de ces lacs n'a pas été la seule surprise qui attendait les scientifiques partis sur leur piste. Au cours des cinq dernières années, ils ont été stupéfaits de découvrir que, loin d'être de simples réceptacles d'eau stagnante, nombre de ces lacs sous-glaciaires sont en fait le siège d'une
intense activité hydrologique. Et c'est paradoxalement en surveillant attentivement la surface de la calotte glaciaire que les chercheurs ont mis en évidence en 2006 cette réalité.

Les restes d'une foret découverte en Antarctique il y a 90 millions d'années ont été découverts et authentifiés

En conclusion :

une météorite venue s'écraser sur le pôle Sud , responsable de castastrophes et du changement climatique

Ce qui est vrai : la découverte scientifique originelle

Oui, il y a bien eu des "anomalies" détectées en Antarctique. C’est en tout cas le constat d’une équipe de chercheurs dirigée par Ralph von Frese. Laquelle a observé des anomalies gravitationnelles mais aussi magnétiques dans la Terre de Wilkes, en Antarctique,

Interrogé par une radio française , le chercheur confirme que, selon lui, il s’agit d'"une des plus grandes anomalies de la planète""Certaines personnes ont avancé qu’une activité volcanique aurait pu expliquer ces anomalies,. Mais il faut étudier la topographie (...) et la croûte à cet endroit se trouve être très fine ; une activité volcanique l’aurait rendue épaisse."

Selon lui, ces anomalies s’expliqueraient par l’impact d’une météorite géante, qui aurait provoqué l’apparition d’un énorme cratère, avec une remontée du manteau au centre et un épaississement anormal de la croûte sur les bords. "Ces anomalies sont très caractéristiques des réplétions que l’on observe sur Mars et sur la Lune", explique Ralph von Frese.

Cette interprétation est basée sur des données satellitaires, celles du programme Grace, lancé en 2002. Anthony Mémin, géodésien et géophysicien spécialiste de l’Antarctique, travaille depuis des années avec ces données. Pour le scientifique, contacté par franceinfo, l'analyse de Ralph von Frese "semble tout à fait cohérente, c'est une explication qui se tient".

La difficulté et la taille du terrain empêchent l'Antarctique de livrer tous ses secrets. Et quand on connaît peu de choses sur un sujet, notre imagination peut s’emballer. "Les pôles ont toujours beaucoup intrigué", confirme Frédérique Rémy

Sources : wikipédia : l'Antarctique- fr.sputniknews.com

technologiemédia.net-  wwwlecerclepolaire.com.archive

sciences- et -vie. Com Archive. --wwwmaxisciences.com Planète

wwwguruned.org ---wwwsciencespress.qc

secrets et mystères du monde pinterest -statit.hitek.fr

google Earth -scienceetavenir.fr --franceinter- franceinfo

ouestfrance -planete Gaia  climatologie-volcan

Youtube : Antartica-Charckelton-Antarctique - le secret de l'Antarctique .........bien d'autres

Tag(s) : #L'Antarctique y a t il eu une vie avant la glaciation, #les portes du passé oublié
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :