Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le carillonneur de la Tamise

 

A Londres on construit une tour horloge au palais de Westminster. En mai 1859, la célèbre horloge entra en service.

 

Big Ben est le surnom de la grande cloche de 13,5 tonnes se trouvant au sommet de la tourhorloge du palais de Westminster, qui est le siège du Parlement britannique (Houses of Parliament).

Le bâtiment fait face à la Tamise, entre le pont de Westminster (Westminster Bridge) et l'abbaye de Westminster (Westminster Abbey).

Le célèbre air du carillon qui marque l'heure est appelé Westminster Quarters. La mélodie est constituée de cinq permutations de quatre notes dans la tonalité de mi majeur : si, mi, fa♯, sol♯.

Londres capitale de l'Angleterre et du Royaume uni connait une période très sombre due à des troubles intérieurs , à la misère relayés par Dickens dans ses écrits , aux trafics de tous genres , à la criminalité ( Jack l'éventreur), aux enlèvements , à la corruption à la prostitution aux agressions, aux vols si fréquents mais aussi du à des troubles extérieurs : montée du nationalisme irlandais, création de l’internationale des travailleurs, éclosion en Europe des idées révolutionnaires.

 En Irlande Daniel O’Connell dans les années 1830-1840, mène la campagne pour l’abrogation de l’Union législative (Repeal) et le retour d’un Parlement local à Dublin e. À partir des années 1870, le flambeau est repris par l’association pour le Home Rule, dominée par la personnalité de Charles Stewart Parnell, partisan d’une forme d’autonomie avancée.

Vers la fin du XIX ème siècle les Irlandais devinrent de plus en plus radicaux décidés à obtenir leur indépendance vis à vis de l'Angleterre.

 Notre nouvelle 

Voici le décor brièvement monté de notre histoire : une ville mystérieuse , peu sûre, cosmopolite ,enclin à l'agitation où il ne fait pas bon se promener la nuit surtout si on est seul sans escorte ,si on sort de son travail.La nuit est le domaine de la « cour des miracles  anglais », des proscrits, des tous ceux qui se cachent et fuient la police Mais il faut noter que c'est une ville d'affaires où le premier métro vit le jour vers la moitié du XIXème siècle, une ville où les richesses circulent...

Handy était un ouvrier horloger besogneux et consciencieux qui s'occupait de la grande horloge de la tour. Il devait suivre quotidiennement son bon fonctionnement .Toute la cité Londonienne vivait au rythme de l'horloge : du lever au coucher.Quand résonnait midi , c'était la grande animation dans les rues, avec les jeux des bambins, les marchands ambulants ,les cris joyeux des lavandières et des artisans des camelots, des vendeurs, des poissonniers.

Quand minuit sonnait c'était le silence religieux . Dans les maisons on retenait sa respiration pour écouter les douze coups sonner dans l'obscurité que ce soit l'hiver ou l'été .

Une nuit à minuit l'horloge sonna treize coups. Dans un silence glaçant on entendit des hurlements . Personne n'osa sortir. A l'aube un policier monta les marches jusqu'au haut de la tour .Là il trouva assoupi dans un sommeil profond, Handy

-Eh eh ! Réveille toi !

Handy tout hébété ouvrit les yeux . 

-Que se passe t- il ?

-Tu n'as pas entendu sonner treize coups  à minuit ?

-Treize coups ?  ! Non !

-Tu as bu ! Dit le policier en brandissant une bouteille vide d'alcool qui se trouvait aux pieds de Handy.Tu vas devoir t'expliquer devant le maire ! On ne te paye pas pour que tu boives au pied de l'horloge.l

Et il entraina Handy au poste de police.

Handy ne se souvenait de rien . Vaguement il se rappela la silhouette d'une jeune femme séduisante aux longs cheveux roux aux yeux émeraude, habillée de vert qui l'avait accosté . Elle voulait entendre l'horloge de près, c'était avant minuit.Ils étaient montés ensemble. La belle avait apporté une bouteille et tous deux avaient copieusement bu. .Il ne se rappelait pas de la suite .

Handy ne souffla mot de cette rencontre .

Jamais il n’avait commis d'erreur durant sa petite vie de carillonneur.L'horloge était son bébé .

Il expliqua  qu 'il avait eu très froid cette nuit  . Effectivement le thermomètre était descendu au dessous de -10 degrés.Pour se réchauffer, il avait bu une gorgée d'alcool puis deux  et trois et il avait fini par vider  la bouteille.... .

Arriva sur ces entrefaites au poste de police une femme qui pleurait son mari et son fils qui n'étaient pas rentrés de la nuit . Ils étaient artisans vitriers s'étaient rendu chez une échoppe de bijouterie puis personne n'avaient eu trace d'eux depuis dix heures du soir.

On vit arriver aussi une vieille femme affolée disant qu'elle avait vu «  le diable vétu de vert lorsque le 13ème coup de minuit avait retenti..Elle avait ouvert sa porte pour faire entrer son chat qui miaulait dehors et avait entrevu un géant vert éclairé par un  réverbère .

Handy fut sermonné mais comme c'était la première fois qu 'il s'était endormi on lui pardonna.La nuit suivante bien décidé à ne pas se laisser «distraire » Handy «  était sur ses gardes. Il monta bien avant minuit en haut de la tour. Arrivé à la dernière marche de la tour, la porte eut de la difficulté à s'ouvrir . Handy la poussa si forte qu'elle lui revint dessus, le déséquilibrant et le projetant aux bas des escaliers . Le carillonneur dévala les escaliers et perdit connaissance.

Deux bonnes heures plus tard on entendit treize coups sonner .

Dans la brume de la nuit un navire arriva sur la Tamise sous l'horloge et s’arrêta.

Une bonne heure après Handy reprit connaissance et comprit qu'il s'était passé quelque chose .Il rentra chez  lui, s'épongea la tête auréolée de sang puis après un bref pansement sortit guidé par un pressentiment .Comme il s'approcha de la Tamise il vit le navire échoué. Il appela . Personne  ne lui répondit le pont était vide . Un navire fantôme sans équipage. Sur le pont , Handy remarqua une caisse .

-C'est certainement celle des vitriers ! Se dit- il.

Il s'approcha du bateau. Il distingua quelques outils . Son attention fut attirée par le cri d'oiseau nocturne. Il leva la tête : une chouette tenait en son bec  une sorte de drapeau  vert.

-Curieux   ! Pensa  Handy

Il se rappela le récit de la vieille et du géant en vert. Il prit ses jambes à son coup .

.Il fut convoqué à nouveau le lendemain.

-Eh bien que t'es t-il arrivé cette nuit ?

-J'ai fait une chute en voulant pousser la porte de la tour et j'ai perdu connaissance et beaucoup de sang . Regardez !

Sa tête avait abondamment saignée et la blessure était ouverte.

-Tu dois aller à l'hospice pour te faire soigner !

Handy n'ajouta plus rien et ne dit pas qu'il avait vu le bateau fantôme et la caisse des ouvriers.

Les journaux londoniens relatèrent la venue d'un navire sans équipage et la réapparition de la caisse des vitriers .  Le mystère demeurait total et la peur venait  de frapper toute la population .

Cette nuit là Handy ne fut pas de corvée et trois policiers gardèrent la tour.

A minuit l'horloge sonna douze coups. Il n'y eut aucun événement notables à relever .

Handy se fit accompagner les nuits suivantes  par deux gardes  Il ne se passa rien d'anormal.

La police conclut à un dysfonctionnement du mécanisme de l'horloge et Handy dut démonter entièrement l'horloge et la remonter .On renvoya  les deux policiers sur la voie publique.Pour le bateau fantôme certains dirent qu 'il y avait eu le choléra à bord et que les marins avaient pris des chaloupes pour échapper à l’épidémie... Quant aux vitriers ,la police expliqua  à l'épouse que les deux hommes avaient du faire une mauvaise rencontre dans l'estaminet où ils étaient allés après leur travail .Ils avaient du être volés et agressés.Leurs corps avaient du être jetés dans la Tamise ,là où on avait retrouvé leur caisse et leurs outils.

Les semaines passèrent sans rien à signaler .

Le 31 décembre, Londres était en fête et s'apprêtait  à fêter la nouvelle année .

Tous attendaient fébrilement les douze coups pour s'embrasser, boire du vin , du  champagne ou autre liqueur,.

Ce furent treize coups qui retentirent dans la nuit. Un silence de mort recouvrit la cité . Personne n'osa se réjouir

.Cette année là commençait dans la crainte et la peur.

Après dix bonnes minutes de silence total on entendit des cris d'horreur , un bruit énorme, on appelait à l'aide le feu avait pris dans plusieurs bâtiments publics et touchaient à présent les maisons  d'habitation  certaines  construites en bois . La fumée noire avait rendu difficile l'accès aux hommes du feu..

 On entendit gémir implorer pleurer grands et petits .

 

À suivre

Tag(s) : #le carillonneur de la Tamise, #nouvelle
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :