Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

conte de la courte paille

Ohinic

enfant de Cro-Magnon

 

C'était le printemps. Un garçon d'une douzaine d'années peignait dans une grotte. Il se nommait Ohinic.
Ohinic vivait il y a environ 12 000 ans. Il était le dernier de son clan à avoir survécu à une terrible maladie qui avait emporté tous les siens durant cet interminable hiver. Son unique compagnon était un bouquetin. Les hivers étaient très longs à cette époque glaciaire et duraient huit mois..Nous étions en juin et quelques petites fleurs commençaient  à pointer le bout de leur nez. Ohinic avait des réserves de viandes séchées qu'il avait stockées après avoir chassé le renne si présent dans sa vallée.

Il avait appris avec son père à construire des sagaies et les propulseurs morceaux de bois de renne qui aidaient au lancement des sagaies (des lances). Le jeune garçon vivait dans une caverne sous un abri rocheux au pied d'une falaise. Cette caverne était vaste et profonde et s'ouvrait sur une plate forme d'où on pouvait admirer le paysage en contre bas. Le père du garçon y avait installé un foyer juste en dessous d'une ouverture de la grotte de telle sorte que la fumée pouvait s'évacuer sans asphyxier les occupants de la grotte . Ohinic faisait en sorte que ce feu brûle constamment comme le lui avait recommandé sa mère. L'enfant avait séché ses larmes depuis longtemps. Il devait survivre à cet hiver et survivre à la solitude. Son oncle était allé au delà de la montagne et y avait rencontré d'autres hommes différents d'eux : plus grands plus poilus au visage carré qui ne comprirent rien aux paroles de son oncle ,mais  qui  le comblèrent de viandes et de cadeaux. Cette race d'hommes avait été  dominante il y avait bien longtemps. Les Cro Magnons les avaient toujours considérés comme inférieurs des bêtes mais la tribu de Ohinic les avaient toujours respectés.

Ohinic aimait chasser le renne car cet animal donnait tout à l'homme : sa viande, sa peau, sa graisse, ses intestins pour fabriquer des cordelettes pur les sagaies. L'enfant se nourrissait aussi de brochets, de saumons et de fruits sauvages. Quand il avait du temps Ohinic s'adonnait à son occupation préférée : le dessin et la peinture .

Il avait dessiné sur les parois de la grotte en utilisant le relief de la pierre, des aurochs des chevaux, des rennes, des bisons des cerfs avec un bâton de charbon de bois. Puis il avait  fabriqué les couleurs avec des pierres et des plantes et ses pinceaux avec des poils de renne. 

Un jour un conte :Ohinic  enfant  de Cro-Magnon : conte historique

Il mixa la terre rouge vive en y ajoutant un peu de charbon noir pour obtenir un rouge sombre. Les fougères macérées dans de l'eau lui donnèrent la couleur verte .Le brun fut obtenu avec le charbon de bois mélangé à de la terre ou de l'argile marron clair et l'ocre, fut obtenu en mêlant un peu de rouge ( de la terre sans charbon de bois) à des fleurs jaunes et à des plantes. L'artiste utilisait dans la grotte pour peindre une lampe et une torche de résine creusée dans un petit bloc de grès où se consumait une mèche trempant dans la graisse.

Un jour ,qu'Ohinic était occupé à peindre  quand un groupe d'hommes et de femmes passa par là. Ils pénétrèrent dans la grotte allumée du feu du foyer et des torches. Là ils restèrent bouche bée devant l'oeuvre monumentale qu'ils découvraient : la peinture d'Ohinic !

-Tu es seul ici petit ? Questionna celui qui semblait le plus âgé leur chef.

Ohinic n'eut pas peur et continuant son travail répondit :
-oui !
-C'est toi petit qui a dessiné tout cela ?

-oui !
-tout ? C'est toi qui a peint  ces chevaux, ces bisons, ces aurochs ?
-Oui , c'est moi seul !
-Où sont les tiens ?
-Ils sont tous morts cet hiver !
-tous ? Alors tu es seul ?
-Oui !
-Il ne faut pas rester seul petit , tu dois nous suivre ! Chez nous il y a aussi de belles grottes à peindre.
-Je ne partirai pas tant que je n'aurai pas fini ce travail ! Trancha Ohinic

-Et quand l'auras-tu fini ce travail ? Questionna encore le vieillard qui semblait plein de compassion pour le jeune orphelin
-Je pense d'ici une lune !
-Soit ! finis ton ouvrage ! Nous campons à une demi journée de marche au delà de la rivière intrépide et de ses courants. Nous y passons la saison chaude car nous suivons les troupeaux de bisons. A l'arrivée du froid nous retournerons dans la vallée et dans notre grotte avec toi , j'espère !
-Je sais où se situe la rivière intrépide ! Je vous y rejoindrai.
-Tu le promets ?
-Je le promets !

Ohinic était heureux. Il aurait de nouveaux amis. Il avait remarqué une

jeune fille de son âge qui ne cessait de le regarder et aidait le vieillard à marcher : c'était sa petite fille Imba. Elle s’extasiait sans retenue devant ses dessins. Il n’avait pas osé lui parler mais bientôt il la retrouverait.

Un jour un conte :Ohinic  enfant  de Cro-Magnon : conte historique

Les jours filèrent.

Ohinic finit plus tôt que prévu son ouvrage et en profita pour confectionner avec les silex des outils et des armes dont il aurait besoin dans sa nouvelle tribu. Il réalisa aussi un bijou pour Imba qui l'attendait. Avec un poinçon il perça de belles petites dents de loups qu'il avait peintes et les enfila sur une lanière de cuir. Il fabriqua aussi un bracelet avec du cuir tressé, une parure peinte également en cuir. Puis il rassembla tous ces objets dans un sac y ajouta quelques affaires et son matériel de peintre et commença la descente en direction de la rivière intrépide. Il marcha trois bonnes heures pour découvrir un spectacle d'horreur : le camp du vieillard venait d’être attaqué par une tribu ennemie . Il y avait beaucoup de morts rien que des hommes. Il retrouva le vieillard agonisant qui eut le temps de lui dire :

-Nous avons été attaqué par la tribu  des Ven'ochs qui nous a tout pris y compris nos vies. Ils ont emmené les femmes et les enfants . Délivre- les ! Ohinic ! Jure de les délivrer !
Ohinic ne savait que répondre mais il ne peut refuser de faire cette promesse à un mourant :

-Je vous promets de tout faire pour libérer votre tribu ! Murmura t il. Ohinic était bouleversé : comment tenir une telle promesse ! Comment allait -il bien pouvoir faire pour délivrer ces femmes, ces enfants ?

Après avoir marché une bonne heure , il put s'approcher du camp des Ven'ochs . Il aperçut Imba. Elle semblait aller bien .Il vit aussi qu'un des Ven'ochs tournait autour d'elle. .Lorsqu'elle se rendit à la rivière avec  d'autres captives pour laver le linge de leurs nouveaux maîtres ,  deux hommes qui les surveillaient s'éloignèrent pour se laver . Habillement Ohinic profita de ce court moment pour plonger et nager jusqu'à elles  :

-J'ai promis à votre aïeul de vous libérer mais je ne sais comment ?

-Pars ! Dit Imba ! Ils vont te tuer ! ils tuent tous les hommes !
- Je pars mais revenez demain au même moment de la journée ! Je vais réfléchir à un plan !   Réfléchissez de votre coté à un moyen de sortir d’ici !
Et il replongea dans la rivière sans qu'aucun Ven'och ne l'ait remarqué . Ohinic réfléchit toute le journée. Il découvrit près d'un rocher ,des plantes qu'il connaissait pour les utiliser, pour leur couleurs et leurs vertus : la « verdeille ». Cette plante verte apaisante faisait dormir

pendant des heures. Ohinic réfléchit à un plan : il fallait faire boire aux Ven'ochs une infusion de cette plante en grande quantité afin d'augmenter la durée d'endormissement de ceux qui la boiraient.

Un jour un conte :Ohinic  enfant  de Cro-Magnon : conte historique

Le lendemain Ohinic retourna à la rivière et revit la jeune Imba .Il lui soumit son plan . Le surlendemain, il rapporta les dites plantes. Imba se débrouilla pour en faire des tisanes en un breuvage frais et reposant qu'elle offrit aux Ven'ochs. Tous en burent y comprit les femmes captives et leurs enfants mais en très faible quantité diluée dans de grande quantité d'eau. ...

Et le plan marcha admirablement. Imba avait expliqué les vertus médicinales de la plante, vertu digestive apaisante, guérisseuse et préventive des maux de ventre et de fièvre soudaine . Les hommes ne se méfièrent pas et en burent d'incroyables quantité. La nuit venue Ohinic revint au camp et aida les femmes et les enfants à fuir. Il les emmena dans sa montagne , jusqu'à sa grotte . Là ils se reposèrent une demi journée mais il fallait reprendre le chemin de l'exode car les Ven'ochs de bons chasseurs une fois réveillés auraient tôt fait de retrouver leurs traces !

Alors une longue marche commença. Les enfants ralentissaient le convoi. Les ennemis se rapprochaient . Ohinic et les fuyards n'étaient plus qu'à deux lieux à l'entrée d' un abri rocheux profond qui semblait s’enfoncer dans la montagne .

Désespéré ,Ohinic implora l 'esprit du vieillard :
-J'ai fait ce que j'ai pu vieillard ! Je suis désolé et si triste de ne pouvoir sauver tous les tiens et ta petite fille que j'aime tant ! Pardonne moi !
Une immense lueur alors apparut dans le ciel, puis trois boules de feux s'abattirent dans la foret où campait les ennemis.

La foudre frappa . Toute la foret s’embrasa. Piégés par la fumée et le feu , les Ven'ochs ne purent sortir du brasier et tous moururent dans d'atroces douleurs .L'atmosphère devint irrespirable : la fumée des arbres s'élevaient jusqu’à'  la grotte et envahissait tout . Ohinic et les fugitifs n'arrivaient plus à respirer :

-Il faut s'enfoncer dans la grotte ! Ordonna Ohinic ! Nous n’avons plus le choix car si non nous allons mourir !
Alors la troupe s’engouffra de plus en plus profondément dans la montagne, marchant à la lueur de pauvres torches fabriquées à la va vite. Pas un seul ne parlait , ni ne pleurait. Les enfants silencieux marchaient à coté de leur mère. Ils parcoururent ainsi peut être un bon kilomètre lorsqu'un cri se fit entendre : c'était Ohinic qui marchait en tête :

-Ciel ciel !Je vois le ciel ! ça y est ! nous sommes sauvés !

En effet une large ouverture donnait de l'autre coté de la montagne. Ici la foret n'était pas en feu et l'air était respirable.
Ohinic remercia le Dieu du vieillard de son aide divine et poursuivit avec la troupe jusqu'à des terres plus hospitalières. Là ,Imba retrouva deux de ses oncles et leur famille . Les fugitifs et Ohinic se joignirent à eux pour partager une nouvelle vie.

Imba et Ohinic deux ans plus tard eurent un bel enfant puis deux autres .Ohinic avait tenu sa promesse et avait sauvé les femmes de la tribu. Il fut choisi comme chef, mais n'abandonna pas pour autant sa passion et continua à peindre dans les grottes . 

Un jour un conte :Ohinic  enfant  de Cro-Magnon : conte historique
Tag(s) : #Ohinic enfant de Cro Magnon, #conte
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :